Philippe Schwartz
Sexologie Hypnothérapie Relaxation à Paris 16
36 rue Scheffer, 75116 Paris 16
 
Indisponible aujourd'hui
 
06 24 52 83 82

Sexualité et alimentation

Sexologie

La sexualité et l’alimentation représentent les deux principaux facteurs naturels de plaisir dans la vie humaine. Les deux ont toujours été et sont souvent associés que ce soit dans les successions comportementales, les voies neurologiques du plaisir ou dans certaines expressions verbales.

Ils sont de fait particulièrement liés à la fois :

  • Dans les schémas comportementaux de séduction et de la sexualité où la sexualité est souvent précédée ou suivie d’un repas ou d’une collation.
  • Dans les principes d’hygiène de vie globale et de santé sexuelle en particulier.

 

La place cruciale de l’alimentation dans la sexualité

Une sexualité satisfaisante repose physiquement sur :

  • Un fonctionnement correct du système nerveux réflexe.
  • Un bon équilibre hormonal sexuel (testostérone, estrogènes).
  • Une vascularisation sanguine correcte de la région pelvienne et des organes génitaux.

L’alimentation intervient à chacun de ces niveaux et avoir une alimentation saine est une des premières conditions pour :

  • Entretenir une image corporelle positive et donc l’estime de soi et la désirabilité de l’image qu’on offre à son ou sa partenaire.
  • Éviter les fatigues survenant après des repas trop lourds ou trop riches en graisse, notamment lors des moments qui être propices à la sexualité comme la sieste ou la soirée.
  • Assurer ses besoins physiologiques d’équilibre en nutriments, vitamine, oligoéléments pour le fonctionnement correct de son organisme et la régulation de son humeur.

 

Une histoire ancienne

Depuis les débuts de l’intérêt des Hommes pour leur santé, l’alimentation a été au centre de toutes les préoccupations et, dans l’Antiquité, tant Celse que Hippocrate plaçaient l’alimentation au premier plan de leurs recommandations avec comme maîtres mots variété et équilibre.

Hippocrate, le « père » de la médecine occidentale disait « que ton alimentation soit ton premier médicament ».

Ils y associaient l’activité physique qui, avec l’alimentation, constituent toujours aujourd’hui deux éléments essentiels de la notion d’hygiène de vie.

Cette hygiène de vie s’applique à toutes les fonctions de l’organisme dont la sexualité qui, par le biais de la fonction reproductrice mais tout autant dans sa dimension érotique et de plaisir, est une fonction essentielle. Ainsi pour Galien, grand médecin grec de l’Antiquité, les ébats amoureux garantissaient l’équilibre et la santé.

 

L’alimentation a aussi une finalité sexuelle biologique

L’état biologique et fonctionnel de l’organisme dépend beaucoup de l’alimentation qui apporte les nutriments indispensables à la vie organique et cellulaire et l’énergie nécessaire au métabolisme.

Ces nutriments sont indispensables autant à toutes les cellules du corps qu’au fonctionnement du cerveau, aux émotions et pour la bonne exécution des comportements dont les comportements sexuels.

On sait a contrario combien une alimentation excessive, insuffisante ou déséquilibrée peut générer fatigue, stress ou déficit en nutriments, et peut retentir sur la libido dont l’équilibre peut être fragile et fortement dépendant de l’état de santé.

Par ailleurs, il faut bénéficier d’une quantité minimale d’apports alimentaires pour que l’organisme ressente le désir et l’excitation sexuels.

 

Un rôle hormonal essentiel

Les hormones sexuelles proviennent du métabolisme du cholestérol, qu’il s’agisse des estrogènes ou des androgènes (testostérone).

Or le cholestérol provient de l’alimentation, notamment de la consommation de graisses (lipides) insaturées, et est un composé essentiel à la vie des cellules de l’organisme.

Sans hormones sexuelles, la sexualité et le désir décroissent et les capacités de reproduction diminuent.

 

Un aspect particulier : sexualité et troubles du comportement alimentaire

Les troubles du comportement alimentaire s’accompagnent le plus souvent de troubles de la sexualité variables selon les individus et selon le trouble alimentaire en général :

  • Dysfonction sexuelle.
  • Augmentation de l’anxiété sexuelle.
  • Baisse du désir.

Les sujets boulimiques présentent souvent une perte du plaisir et du contrôle émotionnel concernant à la fois la sexualité et l’alimentation. La perte du contrôle émotionnel peut s’accompagner d’une augmentation de l’activité sexuelle sous la forme d’une sexualité impulsive.

L’anorexie mentale est souvent associée à une diminution de l’activité sexuelle et de l’intérêt pour la sexualité.

Les tableaux sont divers sur le plan des comportements sexuels en fonction des différents types et sous-types de troubles du comportement alimentaire et les personnalités des sujets mais globalement les phase d’amaigrissement s’accompagnent d’une diminution de la sexualité.

 

Clement B, Clement AM. 7 clés d’une vitalité sexuelle pour la vie. Marcel Broquet Ed., 2013 2004 ; 4 : 4-7

Dang M. Plaisir de la chair et de la bonne chère, quels liens entre la sexualité et la nourriture sur le plan neuro-psycho-biologique ? Mémoire de sexologie clinique, Université de Genève, 2014

Degen R. Entre préliminaires et dessert. Tabula,

Gouchene S et coll. Troubles du comportement alimentaire et sexualité. RECIFS, CHS Marchant, 2010


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.