Philippe Schwartz
Sexologie Hypnothérapie Relaxation à Paris 16
36 rue Scheffer, 75116 Paris 16
 
Disponible aujourd'hui de 9h30 à 13h et de 13h30 à 19h30
 
06 24 52 83 82

Sécheresse vaginale : les petits remèdes naturels

Sexologie

Certains petits remèdes naturels peuvent contribuer à améliorer l’hydratation vaginale afin de maintenir l’humidification optimale de la muqueuse et qu’elle conserve sa souplesse.

 

Aliments et compléments alimentaires

 

Les aliments

Avant tout l’eau : une bonne hydratation régulière est recommandée pour favoriser l’hydratation des muqueuses : boire environ 1,5 litres d’eau par jour, répartis au cours de la journée.

Certains aliments peuvent avoir une action favorable sur l’équilibre de la flore vaginale, notamment par leur action probiotique :

  • Yaourts natures, riches en levures et bactéries (Lactobacillus acidophilus) bénéfiques à la flore vaginale.
  • Kimchi (chou fermenté coréen).
  • Choucroute.
  • Kéfir (boisson fermentée).

L’avocat et les fruits à coque comme les noix, les amandes ou les noisettes sont riches en huiles végétales et en vitamine E et, consommés régulièrement, peuvent aider à la prévention de la sécheresse vaginale.

Les produits à base de soja (tofu, fève édamame) pourraient être bénéfiques pour leur teneur en isoflavones estrogènes-like mais demanderaient qu’on en consomme des quantités énormes pour avoir un effet estrogénique sur la muqueuse vaginale.

 

Les compléments alimentaires

Certains compléments alimentaires favorisent l’hydratation muqueuse et son maintien :

  • Huile de bourrache.
  • Huile d’onagre.
  • Huiles de poisson.
  • Huile de germes de blé.

Toutes ces huiles sont riches en oméga 3 et en oméga 6 qui favorisent l’hydratation des muqueuses et présentent un effet anti-inflammatoire qui apaise et cicatrise les muqueuses irritées.

Elles s’administrent à raison de 2 à 4 gélules par jour en cures de 3 mois, plus longtemps en cas de sécheresse post-ménopausique.

 

Phytothérapie

Plusieurs plantes contenant des phyto-hormones (estrogènes-like), souvent commercialisées comme « compléments spécial ménopause » peuvent améliorer la sécheresse vaginale :

  • Houblon.
  • Sauge.
  • Trèfle rouge.
  • Lin.
  • Shatavari (racine).
  • Aulne blanc ou de montagne (bourgeon).
  • Airelle (bourgeon).
  • Propolis rouge.

Leur posologie est de 1 à 3 gélules par jours pendant au moins 2 à 4 mois.

 

Huiles essentielles

Les huiles essentielles (HE) ne doivent pas être appliquées sur les muqueuses même diluées sauf à des dilutions bien définies et sur prescription d’un spécialiste, sous peine de brûlures.

Sous cette condition, certaines huiles essentielles peuvent être utilisées diluées dans une huile végétale pour apaiser localement les irritations et démangeaisons : HE de camomille allemande, de lavande ou de millepertuis.

Deux huiles essentielles s’avèrent être particulièrement indiquées dans la sécheresse vaginale :

  • L’HE de sauge sclarée dont le sclaréol pourrait avoir une action proche des estrogènes (« estrogènes-like ») avec donc une action positive sur la muqueuse vaginale en cas de sécheresse post-ménopausique. Par précaution, elle est contre indiquée lorsque la sécheresse vaginale est secondaire au traitement d’un cancer hormono-dépendant. Elle s’administre par voie orale à raison d’une goutte dans une tasse de thé par exemple sans dépasser 3 semaines de traitement. Elle peut également être administrée en massages du bas ventre ou du bas du dos (2 gouttes diluées dans de l’huile végétale).
  • L’HE de niaouli possède aussi des propriétés « estrogènes-like » qui peuvent la faire indiquer dans la sécheresse vaginale post-ménopausique en massages du bas ventre, diluée dans une huile végétale.

 

Les lubrifiants, huiles et ovules naturels

Certains produits naturels peuvent constituer des lubrifiants particulièrement efficaces :

  • Gel à l’Aloé vera non seulement hydratant mais aussi apaisant pour les muqueuses, appliqué sur les parties génitales une fois par jour pendant 2 semaines en dehors des règles puis répété si besoin.
  • Capsules ou ovules vaginaux à base de calendula, d’huile d’onagre ou d’Aloé vera, insérés régulièrement 2 à 3 fois par semaine.
  • Crème au calendula.

Les huiles de millepertuis et de coco représentent des traitements naturels au long cours de la sécheresse vaginale :

  • L’huile de millepertuis est rouge et a tendance à tâcher les vêtements.
  • L’huile de coco est donc souvent préférée et possède également des propriétés antifongiques (en complément du traitement médical d’une vaginite candidosique) et anti-inflammatoires apaisantes sur une muqueuse irritée.
  • Elles s’administrent en application interne (vagin) et externe (vulve) : une noisette en massage doux 2 fois par jour.
  • Leur action est renforcée par l’utilisation d’un savon non décapant pour l’hygiène intime comme une huile lavante réparatrice.
  • Ces huiles sont hydratantes mais non lubrifiantes, leur utilisation pour les rapports sexuels n’apporte pas le confort d’un gel lubrifiant. Elles ne sont donc pas conseillées dans ce contexte, d’autant plus que l’huile de coco dégrade le latex des préservatifs et le rend poreux.

Les huiles d’amande douce ou d’olive peuvent également être utilisées mais toujours en dehors de l’usage de préservatifs qu’elles dégradent.

On choisira toujours plutôt un produit bio sans excipent afin de limiter les risques de survenue d’une intolérance.

 

Schwartz P. Sécheresse vaginale : causes et traitements naturels. Doctonat.com


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.