Philippe Schwartz
Sexologie Hypnothérapie Relaxation à Paris 16
36 rue Scheffer, 75116 Paris 16
 
Disponible aujourd'hui de 9h30 à 13h et de 13h30 à 19h30
 
06 24 52 83 82

Pratiques alternatives ou complémentaires ?

Relaxation

On peut lire les deux termes de médecines, ou pratiques, « alternatives » ou « complémentaires » alors qu’il s’agit des mêmes pratiques de soins.

Le plus souvent, ceux qui s’y opposent les appellent « alternatives », ceux qui sont en leur faveur les appellent « complémentaires ».

 

De quelles pratiques s’agit-il ?

On définit ces pratiques comme n’appartenant pas au registre des traitements médicaux validés selon les principes de l’evidence based medecine (EBM), regroupés sous les termes de médecine « conventionnelle » ou de médecine « allopathique ».

Elles sont ainsi représentées par toutes les pratiques de soins allant de la relaxation à l’homéopathie en passant par l’hypnose, l’acupuncture, la psychanalyse, etc.

Il n’en demeure pas moins qu’elles ont fait leurs preuves au niveau observationnel et individuel pour de très nombreux patients et ne peuvent donc être niées dans leurs bienfaits et leurs résultats au seul prétexte de ne pas rentrer dans les petites cases de l’évaluation dite scientifique ou académique.

 

Pourquoi il est préjudiciable que ces pratiques soient considérées comme « alternatives » ?

Aucune pratique ou médecine ne peut être considérée comme « alternative » dans le sens de l’une ou l’autre.

Une telle conception dichotomique ne peut que nuire aux patients quelle que soit la pratique considérée.

Ainsi il ne saurait être par exemple question d’abandonner la prise en charge médicale classique d’une pathologie cancéreuse tout comme, inversement, il ne saurait être question de bannir par exemple la musicothérapie ou l’art thérapie qui peuvent faire un bien fou aux patients en proie à se battre contre un cancer.

 

Pourquoi elles sont et ne peuvent être que « complémentaires » ?

La notion de « complémentaire » associe l’une et l’autre, associe les différentes pratiques de soins avec l’objectif de répondre au mieux à tous les aspects des difficultés des patients, tant sur le plan médical conventionnel (médicaments par exemple) que sur le plan de sa santé globale en proie au déséquilibre et au retentissement de ses difficultés médicales ou psychologiques.

Un patient fibromyalgique a par exemple autant besoin de traitements antalgiques contre ses douleurs que d’une prise en charge globale en relaxation par exemple pour apprendre à gérer ses perceptions douloureuses et le stress induit par la douleur chronique.

Et si on ne considère que la médecine conventionnelle, l’anesthésie est la pratique complémentaire liée à la chirurgie. Elle en facilite la réalisation et augmente son efficacité en majorant le confort du patient. Personne ne parlera d’alternative.

 

Deux principes, deux conditions

Le premier principe est primum non nocere (ne pas nuire). Il ne saurait être question, que ce soit en médecine conventionnelle ou en médecine complémentaire, de nuire au patient ou d’induire une perte de chance de guérison.

Le deuxième principe est de faire du bien, que ce soit en traitant le patient ou en lui apportant au moins une amélioration de son état ou de sa qualité de vie.

On ne peut répondre à ces deux principes qu’à deux conditions :

  • Agir toujours dans l’intérêt du patient dans le cadre d’une relation d’aide alliant compétence, bienveillance, attention aux difficultés rapportées et respect des préférences des patients.
  • Faire appel à la complémentarité des pratiques dès lors qu’elles peuvent être bénéfiques pour les patients, se compléter et avoir une synergie dans leurs actions.

 

Il n’y a ainsi pas de pratiques alternatives aux prises en charge dites conventionnelles mais uniquement des pratiques complémentaires qui d’ailleurs peuvent en elles-mêmes constituer des prises en charge à part entière.

Les sexothérapies peuvent être opérantes seules tout comme elles peuvent être complémentaires de traitements médicaux ou chirurgicaux.

Il en est de même pour les pratiques psychocorporelles comme la relaxation ou pour l’hypnose éricksonienne.

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.