Philippe Schwartz
Sexologie Hypnothérapie Relaxation à Reims
19 boulevard Foch, 51100 Reims
 
Indisponible aujourd'hui
 
06 24 52 83 82

Indications et contre-indications de la relaxation

08 Mai 2022 Philippe Schwartz Relaxation

Ne faisant appel à aucune prise médicamenteuse et ne faisant que mobiliser les ressources internes propres à chaque individu, la relaxation est une pratique psychocorporelle dont les bienfaits en termes de bien-être et l’efficacité en tant que modalité thérapeutique sont largement reconnus.

La relaxation est utilisée dans les champs de la médecine et de la psychologie avec des objectifs préventifs ou thérapeutiques.

Elle constitue aussi un ensemble de pratiques visant à prendre soin de soi avec bienveillance et relève d’une certaine façon de vivre et d’appréhender les événements de vie avec :

  • Une meilleure prise de conscience de ses perceptions et de ses sensations.
  • Une meilleure gestion de ses réactions émotionnelles et affectives.

 

Les indications de la relaxation

Plusieurs études, notamment des méta-analyses reprenant des études contrôlées, ont montré le bénéfice de la relaxation dans de multiples états pathologiques ou de mal-être :

  • États de stress.
  • Troubles anxieux et leurs symptômes corporels (insomnie, douleurs abdominales, troubles du transit, etc.).
  • Renforcement de la confiance en soi.
  • Préparation à la naissance.
  • Gestion des réactions émotionnelles.
  • Hypertension artérielle, palpitations.
  • Le syndrome de l’intestin irritable, maladie ulcéreuse gastroduodénale, maladies inflammatoires intestinales.
  • Asthme, certaines allergies.
  • Eczéma, psoriasis.
  • Amélioration du contrôle de sa respiration.
  • Troubles du sommeil (insomnie notamment).
  • Douleur aiguë ou chronique, fibromyalgie, contractures musculaires.
  • Migraines, céphalées nerveuses dites de tension.
  • Apprentissage de la détente musculaire et nerveuse.
  • Altération de la qualité de vie associée à de nombreuses maladies chroniques.
  • Tics, bégaiement.
  • Impulsivité.

La relaxation améliore significativement la qualité de vie des sujets souffrant de la combinaison de plusieurs troubles :

  • Douleur, anxiété et troubles du sommeil dans les maladies cancéreuses.
  • Anxiété et douleurs chroniques dans les maladies rhumatologiques ou la fibromyalgie.
  • Lésions cutanées et stress dans certaines maladies dermatologiques.
  • Poussées d’hypertension artérielle liées aux stress.
  • Anxiété (angoisse de performance ou d’anticipation) et stress dans les troubles sexuels.
  • Les multiples dimensions psychologiques et psychosomatiques de la souffrance au travail (stress, harcèlement, burn-out).

Le bénéfice de la relaxation dans la prise en charge de la douleur peut par exemple permettre de transformer une perception douloureuse en sensation de chaleur ou de fraicheur.

La pratique de la relaxation s’accompagne d’un élargissement du champ de conscience et d’une vision plus positive des événements. Beaucoup de sujets se découvrent des capacités créatrices jusqu’alors inconnues et s’autorisent à les laisser se développer.

 

Existe-t-il des contre-indications à la pratique de la relaxation ?

La relaxation n’est pas recommandée pour les sujets présentant des difficultés à percevoir leurs sensations corporelles ou susceptibles de les interpréter de façon excessive (distorsions, crises d’angoisse), comme dans les états psychotiques ou les troubles importants de la personnalité par exemple.

Le refus du patient ou sa trop grande difficulté à se laisser aller à se détendre peuvent constituer des contre-indications temporaires.

Chez les sujets ayant un seuil de déclenchement anxieux bas ou souffrant de crises d’anxiété paroxystique, on peut observer un effet paradoxal avec des effets contraires à la détente attendue, comme par exemple des attaques de panique. Il peut en être de même chez les sujets ayant des difficultés importantes de contrôle émotionnel.

L’obtention d’une réponse de relaxation peut être plus difficile à obtenir chez les sujets hyperactifs ou dans l’hypercontrôle comportemental.

Dans ces derniers cas de figure, la progression des séances doit alors être adaptée et l’apprentissage plus progressif en commençant par des séances plus superficielles avec une relaxation moins profonde.

Des adaptations méthodologiques peuvent aussi se justifier dans certaines pathologies comme les maladies cardiaques ou pulmonaires où la focalisation sur les battements du cœur ou sur la respiration peuvent générer des sensations négatives ou de l’angoisse qui risquent de s’opposer à l’obtention d’une détente profonde.

 

  • Les domaines d’application de la relaxation sont étendus, allant de la prévention aux abords thérapeutiques de nombreuses maladies et au domaine du bien-être.
  • Elle constitue ainsi un outil visant au maintien et à l’amélioration de la santé globale de l’individu.
  • Bien plus qu’une simple technique de détente ou qu’une méthode thérapeutique accessoire, la relaxation est une véritable thérapie psychocorporelle à part entière.

 

Baste N. Aide-mémoire Méthodes de relaxation. Dunod Ed., 2016

Célestin-Lhopiteau I, Wanquet-Thibault P. Guide des pratiques psychocorporelles. Elsevier Masson Ed., 2018

Servant D. La relaxation. Nouvelles approches, nouvelles pratiques. Elsevier Masson Ed., 2015


Articles similaires

Derniers articles

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.