Philippe Schwartz
Sexologie Hypnothérapie Relaxation à Paris 16
36 rue Scheffer, 75116 Paris 16
 
Indisponible aujourd'hui
 
06 24 52 83 82

Du couple fragile au couple en détresse

Sexologie

L’équilibre du couple est souvent fragile, menaçant d’autant plus le couple que le désengagement est aujourd’hui rendu socialement facile.

 

Un couple autonomisé par rapport à la famille et à la société mais plus fragile

La formation du couple conjugal est passée d’une motivation d’intérêt familial ou patrimonial à une motivation personnelle en particulier amoureuse.

Or la fragilité du lien amoureux par rapports au poids des contraintes familiales ou patrimoniales a fait que le couple est devenu plus fragile et particulièrement sensible aux évolutions sentimentales et affectives, au risque du seul désamour.

La séparation ou le divorce sont désormais inscrits dans l’évolution possible d’un couple sans que ne s’y opposent le poids des conventions sociales ou familiales.

Le mariage lui-même n’est plus une condition du faire couple et de fait, depuis presque 50 ans, le nombre de mariages diminue passant en Europe de 8 mariages pour 1000 habitants en 1970 à 4,4 en 2010.

Parallèlement, le divorce s’est libéralisé et a connu en revanche un doublement, passant de 1 divorce pour 1000 habitants en 1970 à 1,9 en 2009.

La majorité des divorces a lieu dans les 8 première années de la vie de couple.

 

Un couple recentré sur l’amour mais plus fragile, que s’est-il passé ?

Jusqu’aux années 1970, le mariage s’apparentait à un rituel de passage dans la vie adulte et officialisait la sexualité. Il était un symbole de maturité et d’acquisition de leur autonomie pour les jeunes adultes.

La diminution du nombre de mariages peut être imputée au recentrage du désir de faire couple sur les sentiments amoureux personnels donc plus indépendants et libres en regard de l’aspect social du couple et de la notion sociétale de famille.

Il faut noter qu’il n’y a pas de diminution de la vie à deux, le désir de faire couple est toujours bien présent, mais pas forcément avec le même partenaire pour toute la vie.

Mais même si le divorce s’est banalisé, il repose sur des causes plus profondes que sa seule facilité. L’augmentation des séparations et des divorces apparait en effet corrélée à une idéalisation excessive du couple basé avant tout sur le sentiment amoureux avec comme conséquence un surinvestissement dans les attendus du couple.

Le recentrage amoureux à l’origine du couple sous-entend que le couple va reposer sur une union amoureuse forte et durable. Et c’est de fait le désir primordial des sujets s’unissant avec des motivations sentimentales amoureuses.

Mais, après la rencontre et la formation du couple, l’histoire de la vie d’un couple passe ensuite par d’autres étapes où la vie quotidienne avec son retentissement sur la sexualité par exemple, la parentalité avec son atteinte à la vie intime et personnelle du couple, les évolutions personnelles des partenaires en termes d’épanouissement personnel ou de sécurité affective, etc., ne pourront être supportées par le seul sentiment amoureux aussi fort soit-il ou a-t-il été lors des débuts du couple.

Les déceptions éventuelles liées au surinvestissement affectif et émotionnel dans le couple viennent alors rencontrer la facilité acquise socialement pour le désengagement de la vie de couple et cette convergence fait une grande part du lit de la fragilité du couple à long terme.

 

De la fragilité du couple à la détresse conjugale

Les enquêtes récentes montrent que seulement un couple sur trois se dit fondamentalement heureux de sa vie de couple. Ce taux était de 60% il y a 25 ans.

Globalement, la satisfaction de la vie couple diminue avec le temps. Cette insatisfaction de la vie de couple apparait dès les 10 premières années de mariage.

L’insatisfaction sexuelle est un des symptômes particulièrement fréquents de l’évolution vers une détresse conjugale, et est rapportée comme étant entre à 50% et jusqu’à 70% responsable des difficultés et insatisfactions dans le couple.

En revanche, la satisfaction de la vie sexuelle ne compte que pour seulement 20% des raisons du bonheur dans les couples heureux.

La sexualité dans le couple est donc un élément dysfonctionnant majeur chez les couples en détresse mais une sexualité satisfaisante ne fait qu’une petite partie du bonheur des couples heureux.

En France l’existence d’une infidélité est reconnue par 27% des hommes et 15% des femmes.

Fait notable, plus les partenaires sont égalitaires dans le couple pour les tâches et les décisions, plus le niveau de conflits est faible.

 

Quels sont les éléments d’évaluation de la fragilité d’un couple ?

Plusieurs éléments permettent d’évaluer la fragilité d’un couple :

  • Le souhait ou seulement l’idée de la possibilité de divorce ou de séparation.
  • La notion de violences dans le couple.
  • La fréquence des comportements d’infidélité, leurs circonstances de survenue.
  • Le niveau d’insatisfaction sexuelle ou affective exprimé par un ou les partenaires.
  • La survenue de troubles sexuels non liés à des pathologies organiques et leur aspect sélectif ou non envers le ou la partenaire.
  • L’existence d’une demande d’aide.

 

Les facteurs identifiés comme causes principales de la détresse conjugale

Certains facteurs ont été identifiés comme jouant un rôle majeur dans la survenue d’une détresse conjugale :

  • Défaut de communication au sein du couple.
  • Hostilité entre les partenaires.
  • Défaut ou perte de l’engagement affectif ou émotionnel.
  • Violence dans le couple.

 

Facteurs individuels ayant un impact négatif sur la satisfaction du couple

Des facteurs individuels intéressant l’un ou l’autre des partenaires augmentent les risques de fragilisation du couple :

  • Instabilité émotionnelle.
  • Personnalité introvertie.
  • Antagonismes dans les préférences, les désirs, les décisions.
  • Tendance à la négligence dans la vie quotidienne et envers l’autre.
  • Traits de personnalité psychopathiques : impulsivité, manipulation, domination, etc.
  • Attachement pathologique : abandonnisme, évitement des situations intimes, dépendance affective.

Ces éléments sont à l’origine d’une dysfonction relationnelle entre les partenaires pouvant concerner les comportements, la communication verbale ou non verbale, les échanges émotionnels et sexuels, etc.

Ces différences représentent souvent l’élément initial qui engendrera les difficultés et conflits futurs. Elles donnent souvent au début lieu à des tentatives de faire changer l’autre puis deviennent de plus en plus négativement perçues aboutissant à de véritables incompatibilités entre les partenaires.

 

De quoi naît une dispute ?

Parmi les facteurs déclenchants les plus fréquemment rapportés des disputes dans les couples, on trouve :

  • Les critiques.
  • Les contrariétés successives.
  • Le sentiment d’injustice ou d’abus.
  • Le rejet.
  • Le mépris.
  • Un acte ou au contraire une inaction.
  • Le déni de responsabilité.
  • La dérobade dans un silence mutique.
  • Un défaut de disponibilité d’un des partenaires pour le couple.
  • L’insatisfaction sexuelle.

 

Quels sont les sujets fréquents de disputes dans le couple ?

Certains thèmes sont particulièrement fréquents dans les désaccords dans le couple et à l’origine de disputes et de conflits :

  • Les considérations financières.
  • Le choix des loisirs.
  • Le sentiment d’inéquité dans le partage des tâches et activités ou dans le domaine de la vie sexuelle.
  • Les désaccords et antipathies familiaux.

Il faut noter que les thèmes des tensions et des disputes sont relativement stables dans un couple.

D’autres sont en revanche moins fréquents qu’on pourrait le penser :

  • Les enfants.
  • Les thématiques religieuses.

Un autre motif de conflit dans le couple d’apparition récente est l’emprise de l’usage des outils numériques aboutissant à une indisponibilité d’un des partenaires pour l’autre. Cette emprise peut être personnelle (jeux en réseau, réseaux sociaux) ou professionnelle (impossibilité de déconnecter de son travail).

Cette emprise peut altérer la vie commune du couple le jour et jusqu’à retentir sévèrement sur son intimité et sa sexualité la nuit. Et ceci d’autant plus que le partenaire délaissé est exclu du monde numérique de l’autre alors que le couple est réuni. Il peut même parfois s’agir de cybersexualité, ajoutant alors une dimension d’infidélité au conflit.

 

De la détresse conjugale à la souffrance personnelle des partenaires

Il existe une corrélation forte entre l’insatisfaction dans la vie de couple et la souffrance individuelle des partenaires.

Les facteurs les plus impactant menant à une souffrance personnelle sont :

  • Les tensions relationnelles dans le couple.
  • Les conflits et disputes.
  • L’irrespect, les humiliations.
  • Les infidélités.
  • Le divorce ou la séparation.

Ces éléments ont des conséquences tant physiques (cardiovasculaires, immunologiques, endocriniennes, etc.) que psychologiques (anxiété, dépression, abus de substances comme l’alcool par exemple) au niveau individuel. On a pu mettre en évidence une augmentation des hormones du stress (épinéphrine, norépinéphrine, cortisol, adrénaline) chez les partenaires dans les couples en conflit.

Ces conséquences sont d’autant plus importantes et s’aggravent d’autant plus que le niveau de conflit et de détresse est élevé dans le couple.

Les conflits conjugaux constituent donc un risque réel pour la santé tant physique que psychique des individus.

 

De l’amour. Fragments d’un discours scientifique. Actes Sud Ed., Paris, 2019

Gérardin-Toran M. Thérapies conjugales. In Courtois F, Bonierbale M et coll. Médecine sexuelle. Lavoisier Ed., Paris, 2016

Lansac J, Lopès P et coll. Questions sexo. Eyrolles Ed., Paris, 2017

Navarre M. Le couple réinventé. In L’amour, Sciences Humaines Ed., 2016


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.