Philippe Schwartz
Sexologie Hypnothérapie Relaxation à Reims
19 boulevard Foch, 51100 Reims
 
Indisponible aujourd'hui
 
06 24 52 83 82

Comment aider ma compagne souffrant de douleurs gynécologiques à avoir une sexualité épanouie ?

27 Fév 2022 Philippe Schwartz Sexologie

Au-delà de la souffrance personnelle de la femme, les douleurs gynécologiques aboutissent à constituer une maladie du couple en raison de leur retentissement sur celui-ci :

  • Douleurs pouvant survenir lors des rapports sexuels.
  • Réduction de la fréquence des rapports avec appréhension et parfois évitement des situations d’intimité.
  • Insatisfaction sexuelle des deux partenaires.
  • Altération des relations au sein du couple.

Pour éviter cette évolution et maintenir durable votre couple et pour rompre le cercle vicieux engendré par la douleur, votre présence compréhensive, bienveillante et amoureuse est essentielle.

Même si le partenaire ne peut pas intervenir directement sur les douleurs gynécologiques de sa compagne, être un soutien proche et compréhensif est toujours ressenti positivement et bénéfiquement, et une sexualité épanouie et heureuse est alors parfaitement possible.
 

Avant tout écouter sa compagne

Il importe avant tout de savoir être à l’écoute de votre compagne, de vous rendre disponible pour cette écoute et pour comprendre sa souffrance et ses craintes. Une écoute sans jugement, sans injonction qui serait infondée, sans pression.

Vous allez ainsi non seulement apprendre à connaître les douleurs qu’elle ressent mais également comprendre ses réactions comme par exemple savoir que son éventuel évitement des situations sexuelles n’est pas un rejet envers vous mais au-delà de la peur d’avoir mal, celle de vous déplaire, de ne pas vous rendre heureux sexuellement.

 

Les mots et termes éviter absolument

Certains mots ou certaines remarques sont à éviter pour leur aspect dénigrant ou totalement éloignés de la réalité de la souffrance vécue par votre compagne. Parmi les plus fréquents, on entend souvent :

  • C’est dans ta tête.
  • Tu n’exagères pas un peu ?
  • Tu cherches une excuse.
  • Après une grossesse, ça ira mieux.
  • Tu ne sais pas te détendre.
  • Ça ne devait pas être drôle pour tes ex.
  • Prends un décontractant, ça va passer.
  • C’est quand même pas la mort, arrête.

Ces propos sont complètement à côté de la réalité des douleurs gynécologiques, tant vécue que médicale.

 

La rassurer sur votre couple

Votre compagne vous aura sans doute confié sa crainte de ne pas pouvoir satisfaire votre désir sexuel, sa peur de la fin de votre couple, de votre départ. Cette peur est la cause d’une anxiété souvent profonde et qui à son tour a des répercussions négatives sur le désir et sur la sexualité.

Rassurez-la sur votre amour pour elle, sur votre attachement à votre couple, sur votre engagement et sur votre présence à ses côtés. Sur votre détermination à dépasser avec elle cette difficulté à laquelle votre couple doit faire face.

En calmant cette anxiété, vous romprez un cercle vicieux majeur.

 

Mettre du positif dans votre vie de couple

Le plaisir et l’attachement dans le couple ne relèvent pas uniquement de la sexualité mais d’une multitude d’attentions, de complicités, de moments partagés.

En parsemant votre vie de couple de moments communs de plaisirs, qui peuvent être culturels, familiaux, de loisirs, culinaires, etc., vous positiverez la balance des affects dans votre couple et renforcerez la réassurance de votre compagne, son estime d’elle-même et sa confiance en elle et dans votre couple.

Les tensions vont ainsi s’apaiser ainsi que l’anxiété, et le désir pourra prendre sa place avec confiance.

 

Élargir le champ de la satisfaction et de l’épanouissement sexuel

La sexualité ne se réduit pas à la seule pénétration sexuelle vaginale. Les rapports intimes commencent avec les mots et le toucher du corps entier et non des seules zones génitales.

Les câlins, les caresses sont des inducteurs de production d’endorphines dans le corps, qui sont des médiateurs antidouleurs. Ils stimulent également la production d’ocytocine qui est l’hormone de l’attachement, de l’amour. Le bien-être généré par la sensualité est ainsi autant moral et psychologique que biologique et physique.

Donnez-lui des rendez-vous intimes durant lesquels la pénétration sera exclue afin d’évacuer toute anxiété liée à la survenue de douleurs durant les rapports sexuels vaginaux.

Échangez des caresses, des massages, des baisers, découvrez toutes les sensations érogènes au niveau du corps entier. Parlez de vos fantasmes, de vos envies, de vos ressentis.

Développez toute la gamme de vos plaisirs et apprenez ainsi à détourner non seulement la douleur mais aussi la peur de sa survenue.

Vous verrez ainsi de nouvelles sensations vous envahir, de nouvelles zones érogènes apparaître et vous retrouverez une satisfaction sexuelle nouvelle et forte.

La pénétration vaginale ne sera plus ni un but de votre sexualité ni un objectif de votre plaisir. Elle ne sera donc plus redoutée. Quand elle surviendra, elle sera d’abord douce, progressive et tendre, dans un climat de désir sans anxiété inhibitrice, respectueuse de la survenue d’une éventuelle douleur. Et si la pénétration n’aboutit pas immédiatement, n’étant pas une obligation à la satisfaction sexuelle, ce sera sans culpabilité et sans ressentiment.

Votre compagne, et vous-même, accéderez alors à la satisfaction et à l’épanouissement sexuel dans une intimité renouvelée de votre couple.


Articles similaires

Derniers articles

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.