Philippe Schwartz
Sexologie Hypnothérapie Relaxation à Paris 16
36 rue Scheffer, 75116 Paris 16
 
Disponible aujourd'hui de 9h30 à 13h et de 13h30 à 19h30
 
06 24 52 83 82

Baisse du désir sexuel et hygiène de vie

Sexologie

Une mauvaise hygiène de vie a incontestablement des répercussions négatives sur le désir sexuel.

Manger trop lourd, prendre du poids, être en dette de sommeil ont des conséquences qui s’opposent au maintien du désir en raison de différentes conséquences : fatigue, irritabilité, détérioration de l’image de soi et de l’image qu’on offre à son ou sa partenaire, inductions de dysfonctions sexuelles associée, culpabilité, etc.

 

Alimentation

Avoir une alimentation saine est évidemment une des premières conditions pour :

  • Entretenir une image corporelle positive et donc l’estime de soi et la désirabilité de l’image qu’on offre à son ou sa partenaire.
  • Éviter les fatigues survenant après des repas trop lourds ou trop riches en graisse, notamment lors des moments qui être propices à la sexualité comme la sieste ou la soirée.
  • Assurer ses besoins d’équilibre en nutriments, vitamine, oligoéléments pour le fonctionnement correct de son organisme et la régulation de son humeur.

 

A côté de ces principes de base, certains aliments ou ingrédients dits aphrodisiaques sont réputés avoir une action stimulante sur le désir :

  • Chocolat noir.
  • Huitres, moules.
  • Céleri.
  • Miel, gelée royale.
  • Piment, poivre.
  • Gingembre.
  • Coriandre, girofle.
  • Fenouil.
  • Moutarde.
  • Noix, noisettes, amandes.
  • Safran, dont l’efficacité semblerait supérieure chez les sujets recevant un traitement antidépresseur (effet antidépresseur propre).
  • Fenugrec en feuilles ou en graines, grâce à la présence de diosgénine intervenant dans la synthèse des hormones sexuelles.
  • Maca, plante péruvienne (« ginseng péruvien ») ressemblant au chou.

 

Au niveau de l’alimentation, il ne faut pas négliger non plus la qualité de l’ambiance dans laquelle sont partagés les repas avec son ou sa partenaire :

  • Créer une ambiance sensuelle et propice à l’intimité : lumières tamisée, bougies, parfum d’ambiance agréable, musique douce, jolie table (ce qui ne veut pas dire systématiquement table de fête).
  • Être désirable : être propre, s’habiller de façon agréable à regarder voire sexy, etc.
  • Choisir des plats légers, ne pas abuser de l’alcool.

 

Activité physique

Avoir une activité physique régulière, même s’il ne s’agit que de marche, est toujours bénéfique pour sa santé physique (poids, souplesse, etc.) et psychique (estime de soi, maîtrise de son corps, regard de l’autre, etc.).

Dans le domaine de la sexualité, l’activité physique régulière apparaît bénéfique sur la libido car elle favorise la production de testostérone mais également sur la fonction sexuelle globale en entretenant la capacité à l’effort de l’organisme.

Cet exercice physique doit être pratiqué régulièrement et sans excès sous peine d’entraîner au contraire une baisse du désir (fatigue physique, excès de testostérone).

 

Respect de son sommeil

Le manque de sommeil ou un sommeil de mauvaise qualité nuit à sa capacité de jugement, l’écoute de sa ou son partenaire, et altère la perception des émotions tout en favorisant l’irritabilité et l’humeur dépressive.

Il suffit qu’un des partenaires soit en déficit de sommeil pour que toutes les relations du couple en supportent les conséquences, de la communication à la sexualité, avec une augmentation du risque de conflit. Le désir sexuel en fait les frais et un cercle vicieux s’installe.

De plus, il a été montré que le manque de sommeil fait chuter le taux de testostérone avec comme conséquences la baisse du désir et des dysfonctions sexuelles.

Une étude a pu évaluer que chaque heure de sommeil en plus augmente de 14% chez les femmes la probabilité d’avoir un rapport sexuel le lendemain avec son partenaire.

Il est donc d’autant plus important de respecter ses horaires et ses durées de sommeil pour favoriser l’éclosion du désir et son maintien.

 

Kalmbach DA et coll. The impact of sleep on female sexual response and behavior. J. Sexual Med., 2015; 5: 1221-1232

Leproult R, Van Cauter E. Effect of 1 week of sleep restriction on testosterone levels in young healthy men. JAMA, 2011; 305: 2173-2174

Vidal V. Osez les aphrodisiaques et autres stimulants sexuels. La Musardine Ed., Paris, 2013


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.